- Blog info et guide conseil en immobilier

Bientôt une restriction des prêts immobiliers à taux fixe ?

Une menace plane sur les banques, la BCE envisagerait d’imposer des restrictions sur le prêt immobilier à taux fixe.

Banquier et prêt immobilier à taux fixePrêt immobilier à taux fixe, la BCE tire l’alarme !

Le 16 mars 2016, nouvel avertissement du haut conseil de stabilité financière qui a fait un constat, les banques prêtent à des taux beaucoup trop bas. En un an, les agences qui offrent un taux inférieur à 2.10 % sont passées de 20 % à 75 % ! La raison ? Une chasse à la clientèle effrénée. Il y a moins d’un an encore, seuls les clients les plus sûrs bénéficiaient de taux aussi faibles, ce n’est plus le cas actuellement. Le régulateur européen décide de prendre le taureau par les cornes et a annoncé que des mesures futures allaient impacter le marché de l’immobilier en France.

Une politique monétaire souple de la BCE qui aurait favorisé les abus

BCE et prêt à taux fixePour pouvoir prêter à des taux si bas, les banques doivent s’autofinancer également à des taux très favorables. Le souci, c’est qu’en prêtant à taux fixe, elles ne pourront pas faire face en cas d’une éventuelle reprise à la hausse de taux de la dette à 10 ans. Les banques se retrouveraient donc acculées. La solution serait d’obliger les banques à se constituer une réserve de capitaux plus importante et pour se faire, elles seraient obligées de hausser leurs taux de prêt immobilier à taux fixe ou de prêter à taux variable. Un choc pour la France où 90 % des crédits immobiliers sont à taux fixes.

La disparition du prêt immobilier à taux fixe, un risque pour le marché immobilier

Si cette mesure est appliquée, les banques craignent que cela ait un impact négatif sur le marché de l’immobilier actuellement très dynamique. La suppression du prêt immobilier à taux fixe plomberait l’engouement des acheteurs potentiels, qui réfléchiraient à deux fois avant de souscrire un emprunt sans savoir quel serait le montant de leurs mensualités dans 2, 5 ou 10 ans.

Voir aussi :

Partager cet article

1 Commentaire

  1. Bonjour,
    Cela devait arriver tôt ou tard! J’avais toujours trouvé que les conditions d’acquisitions de la plupart des stratégies bancaires étaient particulièrement restrictives. La chasse aux primo-accédant en particulier, il a fallut un trimestre pour avoir un vrai aperçu du résultat. Je me demande si Pinel sera toujours relancé à l’issu d’une telle décision? En tout cas, voilà une réalité que les institutions financières n’ont pas prévue dans leur stratégie d’attrape-client. Qui vivra, verra !

Laisser un commentaire